Tu veux jouer avec moi? Le jeu dans la relation parents/enfants

« Tu veux jouer avec moi? » Combien de fois par jour entendons-nous cette petite phrase dans la bouche de nos enfants? « Oui, oui, ma chérie! Quand j’aurai fini le repas! ». Sauf que, une fois le repas terminé, nous avons la lessive à étendre, les devoirs à vérifier, les affaires du lendemain à préparer, le bain du petit dernier à donner. Bref « on jouera demain! » Effectivement nous ne trouvons pas toujours le temps dans nos quotidiens surmenés pour jouer avec nos enfants. Après une journée de travail nous n’avons pas toujours l’énergie de jouer juste pour le plaisir.

J’entends souvent des parents dire « La vie n’est pas un jeu!!! », ce n’est pas faux. Nous vivons des tas de choses qui ne sont pas très rigolotes, nos enfants en vivront aussi. En revanche, nous pouvons décider d’amener un peu de légèreté dans nos quotidiens. A votre avis, quels regrets aurez-vous à l’âge de 90 ans? Celui de ne pas avoir suffisamment rangé votre cuisine ou celui de ne pas avoir assez joué avec vos enfants ?

Le jeu, à la fois ludique et thérapeutique permet à l’enfant de découvrir le monde. Toute la journée nous demandons à notre loulou de se plier à nos exigences, nos emplois du temps, nos impératifs, notre monde. Pour une fois, dans le jeu nous inversons les rôles. C’est nous, qui rentrons dans son monde, qui retrouvons nos yeux d’enfants. Lawrence Cohen, psychologue américain, auteur du livre « Qui veut jouer avec moi? » explique que le jeu est le travail des enfants. Voyons ça de plus près

Pourquoi jouer avec ses enfants?

♥ Jouer pour communiquer :

Le jeu est un excellent moyen de communication. Quand votre enfant vous demande « Tu veux jouer avec moi? » entendez cette phrase comme « tu veux savoir ce que j’ai fait aujourd’hui ? ». Si vous êtes frustrées que votre loulou ne vous explique pas les détails de sa journée d’école, je vous invite à jouer à la maîtresse le soir. Vous en apprendrez beaucoup plus ! L’enfant exprime ses émotions, ses doutes, ses envies, ses colères par le jeu ! Les jeux symboliques (jeux d’imitation) comme l’école/ les poupées/ le docteur/ la dînette, sont hautement thérapeutiques. Ils permettent à l’enfant de rejouer des scènes qu’il a vécu, de livrer ses ressentis et sa façon de voir le monde. Ils lui permettent aussi de jouer des situations qu’il a besoin d’explorer, de comprendre.

Lire aussi: Communiquer de façon bienveillante en famille

 

♥ Jouer pour gagner en complicité:

Inutile de préciser que le jeu permet une plus grande complicité avec son enfant. En passant du temps de qualité avec votre loulou, en jouant avec lui, vous allez remplir son réservoir d’amour. Ceci va favoriser la sécrétion d’ocytocine dans son cerveau qui est l’hormone de l’attachement ce qui aura des conséquences positives sur votre complicité. Les jeux coopératifs dans lesquels tous les participants perdent ou gagnent sont excellents pour véhiculer des valeurs comme l’esprit d’équipe, le fair-play, la confiance… Les jeux de compétition permettent quant à eux de se dépasser, de tester ses compétences en tant qu’enfant. Le plus important étant de rester dans le plaisir.

 

♥ Jouer pour lâcher les tensions :

En jouant l’enfant va sécréter plusieurs hormones qui agissent sur son bien être et son épanouissement. La dopamine : hormone du plaisir, agit comme un starter qui déclenche l’attention, la motivation, l’envie d’entreprendre tout ceci procure du plaisir. La sérotonine : hormone de la bonne humeur. Plus votre loulou sécrétera de sérotonine plus il sera joyeux et inversement. Le jeu va également permettre à votre enfant de diminuer son taux de cortisol qui est l’hormone du stress. Par ailleurs, le rire déclenché en jouant est un des moyens les plus efficaces pour évacuer les tensions. En riant, l’enfant libère les tensions qu’il a accumulées durant sa journée.

Lire aussi: Je joue et je découvre mes émotions

 

♥ Jouer pour apprendre les règles et les limites.

Le jeu permet d’apprendre les limites et le respect des règles : attendre son tour, ne pas tricher, accepter l’échec, ne pas changer les règles pendant une partie… Vous pouvez également aborder la question des règles et des limites lors d’un jeu symbolique. Vous jouez l’enfant qui a un comportement indésirable et votre enfant joue le parent qui dit stop ! Le jeu est également un excellent support pour rétablir l’équilibre entre parents et enfants. Souvent les parents décident et les enfants exécutent (ou pas ! et heureusement d’ailleurs !) dans le jeu, le rapport est inversé. L’enfant n’est plus sous le contrôle du parent. C’est lui qui mène la danse, qui guide. C’est lui qui décide !  Le jeu permet de donner le pouvoir à l’enfant. Il est donc essentiel de le laisser gérer le jeu et obéir à ses règles (pour une fois !). La période d’opposition (vers les 2 ans de l’enfant) est marquée par cette prise de pouvoir. L’enfant s’affirme et décide « Non je ne veux pas prendre le bain ! ». Utiliser le jeu est un excellent moyen d’assouvir son besoin de prendre le pouvoir dans un cadre limité et structuré.

 

♥ Jouer pour faciliter l’apprentissage.

Le jeu est le moyen privilégié d’expression et d’apprentissage. Selon Antoine de la Garanderie apprendre est une succession de 5 étapes: un geste d’attention, un geste de mémorisation, un geste de compréhension, un geste de réflexion et un geste d’imagination. Le jeu constitue un excellent support pour ces 5 gestes d’apprentissages. En effet il suscite l’attention et la concentration. Les enfants lorsqu’ils jouent sont pleinement concentrés. C’est la raison pour laquelle nous avons tant de difficultés à les faire passer d’une activité à l’autre (stopper les légo pour passer à table par exemple). Le jeu permet également de mieux mémoriser. Pour vous donner un exemple, on retient 10% de ce que l’on lit contre 90% de ce que l’on fait. Alors à mon sens, transformer les devoirs en jeu est certainement la meilleure des choses à faire. Le jeu permet également de mieux comprendre car il rend concret les apprentissages. La manipulation d’objet est un excellent moyen de faire comprendre (et donc apprendre) les tables de multiplication par exemple. Avec le jeu les enfants sont acteurs de leur apprentissage.

Lire aussi: Comment motiver les enfants à apprendre avec les cocottes savantes

 

Comment jouer avec ses enfants ?

 

Je suis d’accord avec vous. Jouer prend du temps et nos journées manquent en moyenne de 2 à 3 heures!!! Nous avons plutôt tendance à vouloir jouer « après ». Après le repas, après la douche, après les devoirs. Personnellement je vous conseille de jouer « avant ». Le jeu apaise les tensions, c’est un excellent moyen de remplir le réservoir d’amour de votre enfant. Ainsi toute la famille sera plus disponible, plus patiente, plus coopérative, il y aura moins de conflits… En réalité, prendre 10 minutes par jour pour jouer avec votre loulou vous fera gagner du temps et de l’énergie pour le reste de votre soirée. Faites le test pendant une semaine !

 

  1. Votre seule mission est de trouver 10 minutes dans votre journée. Nous avons souvent l’impression que nous n’avons pas 10 minutes en réalité, soyons honnêtes avec nous-mêmes, NOUS décidons de NOS priorités, de NOS emploi du temps ! Pendant ce temps de jeu essayez d’être complètement disponibles (pas de téléphone, pas de repas…).
  2. Asseyez-vous à côté de votre enfant qui joue et observez-le. Après quelques minutes (peut être même quelques secondes) votre enfant va vous inviter à jouer avec lui. Entrez dans son monde.
  3. Si vous manquez d’imagination, laissez votre enfant vous guider. Vous pouvez lui chuchoter à l’oreille « et là ? qu’est-ce que je dois faire ? » il vous répondra aisément.

 

Il se peut que les première fois votre loulou soit frustré quand vous allez arrêter le jeu. Au fil des jours, il va comprendre que ce temps de jeu est régulier et qu’il pourra recommencer demain. Vous pouvez également utiliser un timer.

 

Je suis aux regrets de vous dire que vous êtes le jouet préféré de votre enfant Click To Tweet

 

Et quand l’enfant ne supporte pas de perdre? :

2 petits conseils :

  1. Favorisez les jeux symboliques pendant ces 10 minutes, ce sont les supports les plus efficaces pour remplir le fameux réservoir d’amour. Le but est de passer un moment agréable.
  2. Pour apprendre à perdre, votre enfant a besoin d’avoir confiance en lui, de se sentir solide. Il a besoin de gagner pour accumuler de l’assurance et supporter l’échec. N’oubliez pas que vous n’êtes pas en compétition avec votre enfant, le but est qu’il apprenne. Un enfant qui gagne à un jeu se sent fort et les enfants ont besoin de ce sentiment de puissance. Un enfant qui a assez gagné n’a plus peur de perdre. Je ne vous dit pas de le laisser gagner à chaque fois mais, de temps en temps, dans un but éducatif cela ne peut être que constructif ! Profitez-en pour lui montrer comment vous réagissez quand vous perdez.
Lire aussi: Comment aider un enfant à résoudre ses problèmes

vers une parentalité positive-20 choses à faire avant d'avoir 12 ans-pinterest

Amusez-vous bien!!!

 

Les 10 ingrédients du bonheur-première couv-

Recevez 10 activités de psychologie positive pour augmenter votre bonheur en famille.

Ouvrages pour cet article:

 

On échange autour de cet article?

  • Quel est votre jeu préféré en famille?
  • Parvenez-vous à trouver du temps pour jouer avec votre enfant?
  • Avez-vous des conseils à donner aux autres Mam’ambitieuses pour jouer davantage?

Vos avis, expériences et suggestions sont les bienvenus dans les commentaires.

No Comments Yet.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :