Choix illusoire

En tant que maman, il nous arrive souvent d’être dans une sorte d’impasse avec deux issues possibles: le pétage de plomb ou l’abandon. Je m’explique: vous demandez à votre enfant, avec toute la bienveillance possible, qu’il fasse quelque chose mais lui en a décidé autrement:

« Léo, viens m’aider à mettre la table s’te plait! » « ho non! je suis en pleine partie de fifa ». Ou encore: « Marie, tu peux ranger ta chambre s’il te plait? » « non, j’ai pas envie… ». (rrrrhhh…) Je suis certaine que vous avez déjà connu ça. Dans ces cas là, soit on s’énerve, on exige, on hausse le ton. Résultat tout le monde est tendu (surtout nous!) soit on se dit qu’on va encore « se battre » pour avoir de l’aide et on préfère laisser tomber!

Si l’on y regarde de plus près, il est facile de comprendre pourquoi nos enfants refusent parfois de collaborer: ils croulent sous les choses imposées: se brosser les dents/ mettre la table/ se dépecher/ aller se coucher/ prendre son médicament/ ranger sa chambre/ faire ses devoirs/ ne pas embêter son petit frère/préparer son cartable/ se dépêcher encore/ prendre sa douche/ j’arrête là ça me donne mal à la tête… (je ne sais même pas si je supporterai une telle pression en tant qu’adulte!)

Pour éviter cette impasse je vous propose une technique toute simple à mettre en place dans vos quotidiens de mam’ambitieuses.

La technique du choix illusoire:

Cette technique consiste à donner à l’enfant, l’impression que c’est lui qui choisit. Pour cela vous allez lui proposer plusieurs choix parmi des actions que vous voulez qu’il réalise au lieu de lui imposer.

Le matin, au moment de l’habillage, plutôt que de lui dire « habille toi » et de lui imposer une tenue, proposer lui un choix « tu préfères mettre ton pantalon bleu ou ton pantalon rouge? ». Dans 90% des cas votre loustic va faire un choix et s’habiller sans broncher. Sauf s’il veut le pantalon vert et là se sera à vous de voir!

C’est la même chose pour le temps de devoirs plutôt que de lui imposer un temps de devoir vous pouvez l’inciter à faire un choix: « tu préfères faire tes devoirs avant ou après le goûter? ». « Tu prefères commencer par les maths ou la géo? »

Pour traverser la route plutôt que de lui imposer de vous prendre la main, demandez lui « tu préfères prendre la main de papa ou la mienne? »

La question pour lui n’est plus d’accepter ou de refuser de faire ce que vous lui avez demandé mais de choisir l’option qui lui convient le mieux. Si l’enfant a le sentiment d’être pris en compte, respecté dans ses choix, s’il a l’impression que c’est lui qui contrôle la situation, il aura beaucoup de facilité à coopérer.

Avantages de la technique du choix illusoire:

Développer son sens de l’engagement:

Quelque soit la décision que votre enfant aura prise, il s’engage à accomplir l’option qu’il a préféré. S’il a choisit de faire ses devoirs après le goûter, il doit s’y tenir. Cela développe son sens de l’engagement. C’est pourquoi je vous conseille pour commencer de bien cibler les choix que vous allez lui proposer. Lui proposer de faire ses devoirs après le goûter peut être un risque la première fois. Sil ne s’y tient pas, il faudra évidemment revenir sur ce qui s’est passé plus tard dans la soirée afin de ne pas laisser passer.

Favoriser son autonomie:

Proposer des choix à nos enfants les incite à prendre des décisions. Cela favorise leur autonomie et leur sens des responsabilités. En choisissant, l’enfant devient décisionnaire, responsable et acteur.

Pour l’enfant chaque petit choix représente une occasion de plus d’assumer la responsabilité de sa propre vie. Extrait du livre « Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent,  » Faber et Mazlisch,

Renforcer la confiance mutuelle:

Laisser des choix à l’enfant suppose de lui faire confiance. S’il a dit qu’il préférait faire les devoirs après le goûter, très bien, lâchez prise et laissez le gérer. Ainsi il constatera que vous avez confiance en lui ce qui renforcera sa confiance en vous. (c’est pour ça qu’il vaut mieux être certain que toutes les options proposées à l’enfant vous conviennent).

Eviter les conflits:

Dans la mesure où l’enfant choisit une alternative, il coopérera beaucoup plus facilement puisque la décision viendra de lui. Vous verrez que la plupart du temps, il réalisera l’action sans difficulté. Un simple choix suffit très souvent à réduire un ressentiment.

Petites mises en garde:

Certains parents pensent qu’un choix forcé n’est pas réellement un choix. Que cette technique n’est qu’un moyen détourné de se faire obéir. Certes, je les rejoints un peu. Néanmoins si on peut éviter les conflits, les cris tout en renforçant l’autonomie, le sens de l’engagement et la confiance, pourquoi s’en priver???

Par ailleurs il est nécessaire de bien cibler les options à proposer à votre enfant. Si ce n’est pas le cas, vous prenez le risque qu’il vous réponde « ni l’un ni l’autre! ». Vous voilà à nouveau dans la fameuse impasse « je fais comme si j’avais rien demandé » VS « je pète un câble ». Dans ce cas là, vous pouvez inviter votre enfant à exprimer un choix qui vienne de lui. Il se peut alors que sa solution ne vous convienne pas tout à fait… Cela sera l’occasion d’avoir un échange très intéressant. Vous pourrez alors utiliser la technique de résolution de problème que je décris dans cet article « Comment aider un enfant à résoudre ses problèmes« . Néanmoins, elle vous demandera un peu plus de temps. Mais passer du temps avec nos enfants c’est si bon…

A vous de juger ce qu’il y a de mieux pour votre famille.

Et pour ceux qui préfèrent les images, retrouvez moi sur youtube:

Marine♥


Ouvrages pour cet article:

          


On échange autour de cet article?

  • Avez-vous déjà utilisé la technique du choix illusoire?
  • Pensez-vous que cette technique fonctionnera avec votre enfant?
  • Quelles autres astuces utilisez-vous pour susciter la coopération de votre loulou?

Vos avis, expériences et suggestions sont les bienvenus dans les commentaires. Merci

 Envie de recevoir tous mes articles et de jolies paillettes dans votre boite mail? Inscrivez-vous à la newsletter des Mam’ambitieuses.

No Comments Yet.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :